Doshi's blog

Thème:

Quand les adminsys dirigèrent la Terre - part 6

, — ~4mn de lecture

Si vous n’avez pas lu les précédentes parties :


« T’as quelque chose à manger ?” lui demanda Van.

On était dans le milieu de l’après midi, mais le temps passait bizarrement dans le Datacenter. Félix fouilla ses poches. Ils avaient choisi un gérant pour les ressources alimentaires, mais pas avant que chacun ait pioché quelques réserves dans les distributeurs. Il avait pris une douzaine des barres, des pommes et quelques sandwiches qu’il avait sagement mangés avant qu’ils ne rassissent.

« Il me reste une barre énergétique » dit-il.

Le matin, il avait remarqué que son pantalon tombait un peu. Du coup il s’était rappelé comme Kelly se moquait de son poids et s’était mis à chialer. Il avait alors mangé deux barres énergétiques, et il ne lui en restait plus qu’une.

« Oh » dit Van. Ses traits étaient plus tirés que jamais et ses épaules tombaient sur son maigre torse.

« Tiens » dit Félix. « Votez Félix. »

Van prit la friandise et la posa sur la table. « OK, je voudrais bien te la rendre et dire ‘non je ne peux pas’ mais j’ai trop la dalle, donc je vais juste la prendre et la bouffer, OK ? »

« Ça me va » dit Félix. « Régale-toi. »

« Comment vont les élections ? » dit Van, après avoir avalé jusqu’à la moindre de miette de l’emballage.

« Chais pas » dit Félix. « J’ai pas vérifié depuis un moment ».

Quelques heures avant, il gagnait avec une légère avance. Ne pas avoir son portable perso était un handicap majeur pour suivre un truc comme ça. Dans le centre ils étaient des douzaines comme lui, à avoir quitté leur maison à l’arrache sans penser à emmener un truc capable de faire du WiFi.

« Tu vas te faire griller » dit Sario en se glissant derrière eux. Il était devenu connu dans le centre pour ne jamais dormir, écouter les conversations et déclencher des embrouilles IRL qui étaient aussi tendues qu’une flamewar 1 Usenet. « Le gagnant sera quelqu’un qui comprend les réalités les plus élémentaires. » Il leva le poing puis énuméra avec ses doigts : « Un : Les terroristes utilisent l’internet pour détruire le monde. Deux : Même si j’ai tort tout votre truc est une blague. On sera bientôt à court de diesel. Trois : Ou alors c’est que l’ancien monde sera de retour et il n’aura rien à faire de votre soit disant nouveau monde. Quatre : On aura plus de nourriture avant d’avoir fini de décider s’il faut ou non aller à l’extérieur. On a le choix : on peut soit tuer le net et détruire l’arme principale des criminels, soit on joue aux chaises musicales sur le pont de ton Titanic personnel, au service de ton rêve minable de ‘cyberespace indépendant’ ».

Le truc c’est que Sario avait raison. Ils n’auraient plus de fuel dans deux jours — des retours de tension intermittents sur le réseau électrique général avaient étendu la durée de vie de leurs générateurs. Et si c’était vrai que l’Internet était avant tout un outil pour les criminels, alors le shutdown était la meilleure chose à faire.

Mais le fils et la femme de Félix étaient morts. Il ne voulait pas reconstruire le vieux monde. Il en voulait un nouveau. Le vieux monde n’avait plus de place pour lui, plus maintenant en tout cas.

Van se gratta les bras, envoyant des morceaux de peau dans la lourdeur de l’air ambiant. Sario fit la grimace. « C’est répugnant. On respire de l’air recyclé tu sais. Quelque soit la lèpre qui te dévore l’envoyer sous forme particulaire dans le système de ventilation est franchement antisocial. »

« Tu es le leader mondial sur l’antisocial, Sario » dit Van. « Casse toi ou je te massacre à la pince multiple ». Il arrêta de se gratter et caressa son Leatherman comme un flingue.

« Ouais, je suis antisocial. J’ai le syndrome d’Asperger et j’ai pas pris mes médocs depuis quatre jours. T’as quoi comme excuse ? »

Van se gratta de nouveau. « Désolé » dit-il. «Je savais pas. »

Sario s’esclaffa. « Ah, tu es pathétique. Je parie que les trois quarts des gens ici sont limite autistes. Moi, je suis juste un branleur. Mais j’ai pas peur de dire la vérité, et pour ça je suis meilleur que toi, bouffon. »

« Face-de-Cul » fit Félix, « Vas te faire foutre. »


Vous pouvez retrouver la partie 7 ici

  1. Flamewar : Arguments sans fin sur un newsgroup sur un sujet particulièrement polémique. Peut être déclenché par un Troll. 


Il n'y a pas de commentaires sur ce blog, cependant, n'hésitez pas à me faire des remarques sur cet article (ou autre, d'ailleurs). Que ce soit via Mastodon, Twitter, XMPP ou encore par mail, je serai ravi de voir que des gens me lisent pour de vrai