Doshi's blog

Thème:

Quand les adminsys dirigèrent la Terre - part 7

, — ~5mn de lecture

Si vous n’avez pas lu les précédentes parties :


Il ne leur restait qu’un jour de fuel quand Félix fut élu premier Premier Ministre du Cyberespace. Le premier décompte fut compromis par un bot 1 qui envoyait du spam sur le processus de vote et une journée fut perdue à tout recompter une deuxième fois.

Mais à ce moment là, ça ressemblait déjà plus à une blague qu’à autre chose. La moitié des Datacenters était dans le noir total. Les cartes du net de la Reine Kong étaient de plus en plus déprimantes, montrant des requêtes par seconde en chute libre et des parties entières du globe qui passaient offline, même si elle notait quand même une réapparition de certaines recherches, principalement sur la santé, les abris d’urgence, l’hygiène et l’autodéfense.

La charge liée aux vers diminuait. Le courant était définitivement coupé chez de nombreux utilisateurs de base et leurs PC infectés disparaissaient du réseau. Les dorsales internet 2 étaient toujours fonctionnelles mais les messages venant de ces Datacenters concernés étaient de plus en plus désespérés. Félix n’avait pas mangé de la journée, pas plus que les opérateurs d’une station satellite en orbite terrestre responsables d’une liaison transocéanique.

Et l’eau commençait aussi à manquer.

Quand Popovich et Rosenbaum vinrent le trouver avant il n’avait pu envoyer que quelques messages de remerciements et un discours d’investiture un peu surfait sur les groupes de discussion.

« On va ouvrir les portes » dit Popovich. Comme tout le monde, il avait perdu du poids et avait l’allure crade et huileuse. Il dégageait une odeur de poubelle abandonnée en plein soleil derrière un marché de poisson. Félix était sûr de puer au moins autant.

« Vous partez en reconnaissance ? Choper plus d’essence ? On pourrait monter un groupe pour ça, bonne idée. »

Rosenbaum secoua tristement la tête. « On va chercher nos familles. Quoi qu’il y ait dehors, ça doit s’être autoconsommé. Ou non. De toutes les façons il n’y a pas de futur ici. »

« Et l’entretien du réseau ? » demanda Félix, même s’il connaissait la réponse. « Qui va garder les routeurs online ? »

« On va te donner tous les mots de passe root » dit Popovich. Ses mains tremblaient et ses yeux étaient vitreux. Comme tous les fumeurs coincés dans le Datacenter il était gravement en manque. Il n’y avait plus de produits à base de caféine non plus. Les fumeurs morflaient sévèrement.

« Et je vais rester ici et tout garder online ? »

« Toi et ceux qui en ont encore quelque chose à faire »

Félix savait qu’il avait gaspillé son moment de gloire. L’élection avait semblé noble et brave, mais en vérité c’était surtout une excuse pour se tenir occupé au lieu de réfléchir à ce qu’il fallait faire après. Le problème c’est qu’il n’y avait pas d’après.

« Je peux pas vous obliger à rester » dit-il.

« Ouais, ça c’est sûr. » Popovich tourna les talons et quitta la pièce. Rosenbaum le regarda partir puis il posa sa main sur l’épaule de Félix.

« Merci Félix. C’était un rêve magnifique. Ça l’est toujours. Peut être qu’on va trouver de la nourriture et de l’essence et revenir ici. »

Rosenbaum avait une sœur avec laquelle il dialoguait sur MSN pendant les premiers jours de la crise. Puis elle avait cessé de répondre. Parmi les admins certains avaient eu la possibilité de faire des derniers adieux, d’autres non. Chaque groupe était persuadé que c’était plus facile à vivre pour l’autre.

On annonça l’ouverture des portes sur le forum de discussion interne — ils étaient encore des geeks après tout, et une haie d’honneur s’improvisa dans le hall. Ils pianotèrent sur les digicodes de l’entrée et les volets métalliques puis la première double porte s’ouvrirent lentement. Ils entrèrent dans le vestibule et fermèrent les portes derrière eux. Les portes extérieures s’ouvrirent. Il faisait très beau dehors, et à part le vide apparent tout avait l’air plutôt normal. Ce qui en soi était désespérant.

Les deux admins avancèrent vers l’extérieur d’un pas prudent. Ils se retournèrent pour saluer la petite foule rassemblée à l’intérieur du centre. Puis ils se mirent à trembler et à se tordre, s’agrippant la gorge avant de tomber au sol dans un nuage de poussière.

« Meeeer— !» Félix faillit s’étouffer mais ils se relevèrent tous les deux en riant si fort qu’ils étaient littéralement pliés en deux. Ils saluèrent une dernière fois d’un geste de la main et tournèrent les talons.

« Sans déconner, ces types sont des malades » dit Van. Il se gratta les bras, qui étaient maintenant marqués de longues cicatrices ensanglantées. Ses vêtements étaient couverts de pellicules comme un gâteau couvert de sucre à glacer.

« J’ai trouvé ça assez drôle » dit Félix.

« Bon dieu, j’ai la dalle » répondit Van pour changer de sujet.

« T’as de la chance, tu peux te manger tous les paquets IP 3 que tu veux ».

« Vous êtes trop bon avec nous autres les grouillots, Mr le Président » dit Van.

« Premier Ministre » dit Félix. « Et tu n’es plus un grouillot, tu es le Premier Ministre Adjoint. À toi les pots de vins et les cérémonies d’inauguration. »

Ça les avait remis à flots. De regarder Popovich et Rosenbaum partir, ça leur avait redonné la gnac. Félix savait que bientôt, ils allaient tous partir.

C’était couru d’avance bien sûr, à cause du manque de fuel, mais de toutes façons qui voulait attendre jusqu’à ce qu’il n’y en ai plus ?


Vous pouvez retrouver la partie 8 ici

  1. Bot : Abréviation de ‘robot’, petit programme réalisant une tache simple généralement néfaste, par exemple sur IRC. 

  2. Dorsales Internet : Internet Backbones : désigne les éléments les plus importants du réseau Internet, comme les plus grosses routes. 

  3. Paquet IP : Élément de base du système de communication TCP/IP, c’est la brique unitaire d’information qui circule sur le réseau. 


Il n'y a pas de commentaires sur ce blog, cependant, n'hésitez pas à me faire des remarques sur cet article (ou autre, d'ailleurs). Que ce soit via Mastodon, Twitter, XMPP ou encore par mail, je serai ravi de voir que des gens me lisent pour de vrai