Doshi's blog

Thème:

Quand les adminsys dirigèrent la Terre - part 9

, — ~4mn de lecture

Si vous n’avez pas lu les précédentes parties :


Le jour J ils étaient quarante-trois. Maintenant ils étaient quinze. Six avaient répondu à la proposition de réunion en partant directement. Tout le monde savait quel serait l’ordre du jour.

« Alors ça y est, tu vas tout laisser tomber en ruine ? »

Sario était le seul à avoir encore assez d’énergie pour s’énerver vraiment. Il serait en colère jusqu’à sa propre mort. Les veines de sa gorge et de son front saillaient. Il secouait son poing avec fureur. Tous les autres geeks baissaient les yeux devant lui, mais pour une fois ils portaient toute leur attention à la discussion, sans laisser traîner un œil sur une fenêtre de discussion ou un tail 1 d’un fichier de log 2.

« Sario, dis moi que tu déconnes » dit Félix. « Tu voulais débrancher le putain de câble électrique ! »

« Je voulais que ça s’arrête proprement » cria t-il. « Je ne voulais pas qu’il y ait des hémorragies et une lente et interminable agonie. Je voulais que ce soit un acte volontaire de l’ensemble de la communauté. Je voulais une décision engagée et mise en œuvre par la main des hommes. Pas une victoire de l’entropie, du mauvais code et des vers. Ça craint ! Et c’est justement ce qui est en train de se passer. »

Au sommet du bâtiment, dans la cafétéria, il y avait des fenêtres partout, avec du double vitrage et des films de protection, et par habitude tous les stores étaient tirés. Sario se mit a courir autour de la pièce, arrachant les stores. Bordel comment fait il pour avoir la force de courir ? Se demanda Félix. Il pouvait à peine monter les escaliers jusqu’à la salle de réunion.

La lumière du jour rempli crûment la pièce. C’était une belle journée d’été dehors, mais on voyait tout l’horizon de Toronto et de tous les côtés s’élevaient de lourdes colonnes de fumée. La tour TD, un énorme block postmoderne de verre noir envoyait des gouttes de feu dans le ciel.

« Tout s’écroule, de cette même façon qui fait que tout s’écroule toujours.
Écoutez moi, écoutez. Si on laisse le réseau s’effondrer lentement, certains morceaux vont rester en ligne pendant des mois. Peut être des années. Et qu’est ce qui va tourner dessus ? Des Malwares. Des vers. Du spam. Des processus systèmes. Des transferts de Zone. Les choses qu’on utilise demandent un entretien constant. Si elles ne sont plus utilisées elles tombent dans l’oubli et durent pour toujours. On va laisser le réseau dans le même état qu’une décharge remplie de déchets nucléaires. Ça sera notre putain d’héritage — le résultat de toutes les touches que vous, moi, nous tous avons jamais tapées au clavier. Vous comprenez ? On va le laisser crever lentement comme un chien blessé, au lieu de lui mettre juste une balle dans la tête, bien proprement. »

Van se gratta les joues et Félix vu qu’il essuyait des larmes.

« Sario, tu n’as pas tort, mais tu n’as pas non plus raison » dit-il. « Le laisser partir à la dérive est une bonne chose. Nous allons tous être à la dérive, et pour longtemps, et peut être il sera utile à quelqu’un. S’il y a un seul paquet qui est routé d’un utilisateur quelconque à un autre utilisateur quelconque n’importe où dans le monde, alors il remplit son rôle. »

« Si tu veux le descendre définitivement, tu peux le faire » dit Félix. « Je suis le PM et je te donne l’autorisation. Je te donne l’accès root. Je donne le root à vous tous. ».

Il se tourna vers le tableau blanc, celui que les employés de la cafétéria utilisaient pour le menu du jour. Il était maintenant couvert des vestiges des débats techniques passionnés auxquels s’étaient livrés les sysadmins ces derniers jours depuis le jour.

Il effaça une partie du tableau avec sa manche et commença à marquer les longs mots de passes alphanumériques, complexes et parsemés de signes de ponctuation. Félix avait un don pour se rappeler ce genre de mot de passe, mais il doutait que cela lui soit d’une quelconque utilité à partir de maintenant.

  1. Tail : Commande Unix permettant de visualiser un fichier par la fin, utile pour surveiller un log au fur et à mesure qu’il se remplie. 

  2. Log : Le log est le fichier qui contient les traces d’exécution d’un programme, ou bien toutes les commandes passées dans un terminal ou par extension n’importe quel historique sur une activité donnée. 


Il n'y a pas de commentaires sur ce blog, cependant, n'hésitez pas à me faire des remarques sur cet article (ou autre, d'ailleurs). Que ce soit via Mastodon, Twitter, XMPP ou encore par mail, je serai ravi de voir que des gens me lisent pour de vrai