Doshi's blog

Thème:

Une soirée mouvementée

— ~4mn de lecture

From “ma soirée était trop cool, je kiffe ma vie” to “ptn je suis trop une merde ça me saoule” real quick.
Suivi d’un exutoire parce que j’ai perdu une amie. Donc content warning suicide et dépression à la fin

Aujourd’hui (à l’heure où j’écris ces lignes, et “hier” quand c’est publié, parce que je poste ça a 00h30), j’ai fait une soirée lasergame + bouffe avec des gens de l’association de ma fac et c’était vraiment giga cool j’ai adoré cette soirée.

Sauf qu’en rentrant chez moi je me suis mis à réfléchir à moi-même, et comment je me sentais par rapport à mon principal ami ainsi qu’une personne de mon groupe. Le truc, c’est qu’ils sortent de 2 prépas de malade (16ème et 10ème prépas de France), et donc c’est des gigas brutes qui roulent sur la L3. Et c’est assez décourageant/déprimant.

Après, le fait est que je me mets moi-même des batons dans les roues : je sors d’un DUT informatique, et je vais en Info-Maths, forcément qu’en Maths je suis à la ramasse.

Sauf que. J’en avais écrit un billet mais il est jamais sorti : j’arrive pas à travailler. J’ai un mal fou à bosser. Et qu’est-ce que ça m’énerve sérieux.

Et du coup, je rattrape pas vraiment mes lacunes en maths, je vivote seulement. Je comprends ce qu’on fait, mais j’arrive pas à le reproduire.

Une des choses qui fait que j’avance pas, c’est que je me repose probablement trop sur mes acquis

Faut que je me mette à bosser régulièrement plutôt que de glander ou de passer mon temps à bidouiller mes dotfiles.

Mais les maths, c’est compliqué à bosser parce que j’arrive juste pas à faire les exercices, donc je reste juste à fixer ma feuille sans trop savoir quoi faire (bon c’est un peu faux, mais c’est un peu vrai aussi)

Bouge toi le putain de cul Doshi.


ok donc on entre dans la partie content warning suicide et dépression.

Ce soir, en rentrant de ma soirée super cool, j’ai appris qu’une ancienne amie (on se parlait plus depuis un petit moment, mais ça a été une très bonne amie et elle me manquait un peu) s’était suicidée. Ça va que je m’étais déjà miné le moral sur le chemin parce que l’ascenseur émotionnel aurait été violent.

Hey c’est <nom d’une amie commune du temps où on était proches>
on se parle plus mais vu qu’avec Élise on était pas mal proche tous les trois je tenais à te le dire.
Elle est décédée hier soir, sa dépression l’a emportée.
Je sais pas si ça t’importe vraiment mais voilà.
Ça sort un peu de nulle part, désolée.

Décédée.
Dé.cé.dée.
Dé…cé…dée…

J’ai la tête qui tourne.

Même si on était plus vraiment amis, ça fait un choc monstre. Rien que le mot “décès” ça me fait un choc. Quand je le vois, je vois le sens et les conséquences de tout ce qu’il se cache dans ce tout petit mot. C’est fini. Y’a plus rien. On parlait tranquillou, on faisait des blagues, elle avait un compte twitter, elle était vivante quoi. Fini. On parlera plus jamais, elle rira plus jamais à mes vannes, elle répondra plus jamais sur twitter. Fini.

Je discute avec cette ancienne amie qui m’apprend son décès. Ça fait du bien de parler avec elle. C’est une situation de merde pour se retrouver mais je suis content de lui parler. On discute, et puis :

Et sinon <mon amie> elle allait pas bien depuis longtemps et puis elle est passé à l’acte hier soir, elle s’est pendue..

Pendue.
PENDUE.

J’ai des frissons glaciaux dans le dos.

La pendaison. Quelle façon horrible de partir. Évidemment, y’a aucune bonne manière de partir. Mais la pendaison a une place élevée sur le barême de la glauquerie. Morbide.

On continue à discuter. Je dis que je suis pas quelqu’un qui a beaucoup de réactions physiques aux évènements. Cependant, je me rends compte peu après qu’en fait je suis frigorifié. J’ai froid.

Je lui demande comment elle, elle l’a appris. Elle a vu un tweet inquiétant, elle a appelé la mère de cette amie, qui est rentrée immédiatement chez elle. Pour trouver sa fille pendue.

Quelle vision d’horreur inimaginable. Son enfant. Partie.

Bon sang.

Adieu Élise, au regret de pas vraiment avoir repris le contact.


Il n'y a pas de commentaires sur ce blog, cependant, n'hésitez pas à me faire des remarques sur cet article (ou autre, d'ailleurs). Que ce soit via Mastodon, Twitter, XMPP ou encore par mail, je serai ravi de voir que des gens me lisent pour de vrai