Doshi's blog

Thème:

Le post-rock

— ~5mn de lecture

⚠ Ceci est un article que j’ai écrit y’a “longtemps” (en avril). J’en suis pas vraiment satisfait, mais j’en avais marre qu’il traine depuis si longtemps dans mes articles à finir juste pour une histoire de pinaillage. Du coup, il est pas parfait, mais au moins il est sorti. Bonne lecture ! ⚠

Pour un peu d’histoire

Le terme « post-rock » est expliqué pour la première fois par Simon Reynolds dans l’édition mai 1994 du magazine The Wire pour décrire le son de certains groupes de rock qui utilisent l’instrumentation typique du rock, mais qui incorporent des rythmes, des harmonies, des mélodies, et des progressions harmoniques qui ne se trouvent pas dans la tradition du rock […]

Beaucoup de gens sont assez d’accord pour dire que l’appellation post-rock est très (trop) vaste. On peut ranger beaucoup de groupes qui se ressemblent pas forcément sous le nom « post-rock », mais personnellement, je trouve qu’ils ont tous une « patte » post-rock. Quand c’est du post-rock, ça se reconnait à l’atmosphère.

“Oui mais quelle atmosphère alors Doshi ?”
Vous derrière votre écran

Le post-rock, ça ressemble à quoi ?

Le post-rock c’est quand même très instrumental, même si c’est pas une règle d’or (mais je vous en reparle plus bas)

“Oui ok c’est bien sympa les instruments, mais ça nous dit pas l’atmosphère”
Toujours vous, toujours derrière votre écran

Bah déjà en écoutant les liens parsemés ça et là depuis le début, il y a surement une atmosphère qui se dégage.

Le post-rock, pour moi, c’est très souvent une histoire de montée en puissance.
Ça commence tout doux.
Puis ça rajoute des harmonies derrière.
T’attends un peu histoire de poser ton truc.
Puis tu rajoutes encore des harmonies.
Y’a même pas encore de batterie.
Mais tu rajoutes des accords de piano en arrière plan.
Tu rajoutes des chœurs.
LÀ TU RAJOUTES TA BATTERIE.
Tu fais frétiller ta guitare.
Tu augmentes la fréquence de la batterie.
Ça monte.
Ça bout.
Et tu lâches tout en même temps d’un seul coup.
Et là tu pleures parce que c’est beau et que t’aimes le post-rock.
Puis tout redevient calme.
Les chœurs continuent leurs vocalises.
Le piano accompagne doucement.
Et tout se finit calmement.

Bon là tu t’en doutes sûrement, mais je viens de te décrire un morceau, mais pour moi il incarne vraiment ma vision de ce qu’est le post-rock. Ce morceau c’est mon morceau préféré de tous les temps : A Gallant Gentleman de We Lost The Sea

Le post-rock c’est souvent lent aussi. Nombreux sont les morceaux de taille plus-longue-que-la-taille-moyenne (si on dit que la taille moyenne c’est 3-4 mn). Par exemple, A Gallant Gentleman fait 6 minutes. Ou encore Challenger part 2 fait 8 minutes. Ou Pure as snow de Mono fait 12 minutes. Ou encore Challenger part 1 fait 24 minutes

Namedropping des familles

Souvent les noms des chansons ou des groupes sont empreints de poésie. Bon une critique récurrente du post-rock c’est que c’est un truc pour déprimés, et les titres qui suivent accentuent le cliché

Chansons :

Groupes :

  1. D’ailleurs, quand le chanteur du groupe chante, c’est la plupart du temps en vonlenska qui est une “langue” construite par lui-même. En réalité, ce sont juste des sons sans réel sens mais qui sonne un peu comme de l’islandais (la langue maternelle du groupe) 

  2. Petite anecdote : quand je jouais à Kerbal Space Program, je mettais ces deux morceaux à la suite dès que je faisais décoller une fusée, parce que l’ambiance collait parfaitement et c’était incroyable. 


Il n'y a pas de commentaires sur ce blog, cependant, n'hésitez pas à me faire des remarques sur cet article (ou autre, d'ailleurs). Que ce soit via Mastodon, Twitter, XMPP ou encore par mail, je serai ravi de voir que des gens me lisent pour de vrai