Doshi's blog

Thème:

Mon arrivée à Lyon et l'AML. Et un peu après aussi mine de rien.

— ~8mn de lecture

Y’a pas longtemps je suis arrivé à Lyon à la fac, mais je radote. Le fait est que, nouvelle ville, nouvelle vie : plus de copains/copines (‘fin à la fac quoi). C’était sans compter sur un hasard incroyable qui de fil en aiguille m’a mené à un des meilleurs trucs de ma vie. Éwi. Mais allez venez, je vous raconte.

Et va y avoir une deuxième partie parce que j’ai écrit ça en décembre et il s’est passé BEAUCOUP de choses entre-temps, donc ne pas les ajouter rendait l’article plus pertinent du tout

Au début de l’année, comme le bonhomme très peu sociable que je suis, je restais dans mon coin et je suivais tranquillou mes cours.

Le 27 septembre (je suis allé vérifier), j’étais censé avoir un cours (logique) avec un certain .Y, sauf que à cause de certains couacs 1 j’ai pas l’emploi du temps, donc je décide d’aller sur place demander. Et là, pendant que j’étais en train d’envoyer un mail à ce fameux .Y, je le vois au bout du couloir. Ni une ni deux, je cours je vole pour lui demander “Mais monsieur, dites donc, qu’est-ce que le fuck ? Y’a cours ou bien ?” ; et ledit monsieur de me répondre : “Bah non poto y’a pas cours, y’a Action Robot, vasi viens, c’est chouette on va programmer des robots, y’a pas besoin de pré-requis, ça va être fun”

Bon bah go ? Je décide d’y aller, malgré ma connaissance réduite des personnes présentes (comprendre : personne). L’aprèm passe et je sympathise un peu avec un mec qui avait un code cool pour que le robot avance en continu et pas par à-coups.

Fast-forward quelques heures, on passe au lendemain matin (un vendredi). Et là dans mon cours de maths, je tombe sur ledit mec. Quelle coïncidence ! Et bah en fait il vient de débarquer dans ma promo après un autre couac 2, le bougre ! Du coup la sympathisation c’était déjà fait et on devient naturellement copaings.

Side-note importante pour la suite : Au début d’année, à la réunion de rentrée y’a 3 personnes d’une asso d’étudiants en informatique (la présidente, le trésorier et le responsable réseau) qui viennent nous présenter leur asso (logique, encore). À ce moment j’avais absolument pas calculé le truc.

Et donc ce copaing, lui, avait repéré le filon, et passait déjà son temps là bas : l’AML !

J’vous cache pas qu’au début j’étais pas serein du tout, y’avait plein de monde et je connaissais personne, donc super ambiance.

Et puis au fil du temps, je m’y suis habitué, le monde fou n’est là qu’à la pause de midi.

Puis j’ai sympathisé un peu avec les gens aussi.

Et puis j’ai fait des trucs avec eux : j’ai aidé à l’organisation de la Fête de la Science et du Campus du Libre, on a fait un lasergame ensemble une fois 3. Et j’ai participé à la Nuit de l’Info, c’était FORMIDABLE, vraiment trop bonne nuit, 10/10 would do again.

Et puis j’ai fini aussi par devenir membre actif de l’association, donc je m’occupe de remplir les frigos, ranger les courses, servir les gens qui viennent prendre des snacks, etc. On va appeler ce fait “Tavernier” (ça va m’être utile plus loin)

Le fait que j’avais toujours l’impression d’être dans l’ombre de mon pote originel, parce qu’il est comme moi en plus intelligent, plus fort dans les matières de la licence et surtout beaucoup plus social que moi 4. Du coup les gens viennent vers lui pour demander de l’aide etc, et c’est un peu vexant, du coup je me force à sociabiliser plus pour ne pas être que le fantôme de l’AML. Et du coup ce fait, on va l’appeler “Efforts”.

Et donc, si on met ensemble Tavernier + Effort 5, bah ça fait que je suis devenu plutôt social et plus à l’aise avec les gens inconnus, et c’est vraiment un skill qu’il me manquait parce que je suis assez catastrophique en temps normal. Et puis même sans parler de ça, c’est juste un endroit où je suis super bien et où les gens sont formidables (bon ok, pas tous, évidemment) et j’ai des amis beaucoup trop bien et je vous avoue que je suis en train de rajouter cette phrase parce que le premier brouillon exprimait mal tout ce que je ressens pour le truc, du coup je le dis pour gonfler.

Aussi, rester tard à la fac avec les copains à jouer à Smash sur le projo, ou à faire des jeux de société en bouffant des chips ou encore (le ou n’est pas exclusif :D) de partir dans un bar ou se faire une bouffe après parce qu’on s’est fait viré du bâtiment parce que ça fermait ou encore rester tard à 2-3 sur les canapés à se raconter nos problèmes (bon ok surtout les miens), et bah c’est quand même des super moments.

L’associatif, c’est cool. On fait des rencontres super et on s’amuse bien (surtout quand c’est pas une asso politique, donc ça fatigue pas les nerfs (sauf pour les membres du Bureau/CA mais c’est pas mon cas))

Ensuite comme j’aime bien la pratique commune aux remerciements de thèse, je vais m’adonner à l’exercice aussi :

Big-up au roux (trop) social et (trop) intello qui pisse du code d’une propreté discutable (faut bien que je lui trouve un défaut) mais que j’aime quand même ; à la rousse (décidemment…) joviale et (très !) souriante, 5ème (je crois ?) du Classement, squatteuse d’équipe nocturne, championne… d’essais de démineur ; à la secrétaire en herbe (son prénom c’est une fleur donc c’est marrant) dont les déboires d’ordinateurs feraient pâlir n’importe quel réparateur ; au piscineux colérique bien trop adepte de danses Fortnite ; au réparateur ambitieux des déboires d’ordinateur cités plus tôt ; à la petite pikachu beaucoup trop insupportable avec Shulk (non mais sérieux) ; à l’ex-trésorier radin reconverti en dealer d’images de doggos, ainsi qu’au nouveau trésorier radin, grand consommateur des images du précédent, érudit contestable du JavaScript ; à l’érudit de hardware qui tient plus à son kernel nouvellement compilé qu’à la prunelle de ses yeux. Et merci évidemment aux autres, avec qui je suis trop peu proche pour avoir trouvé quelque chose à dire, mais qui font des choses merveilleuses quand même.


La fameuse deuxième partie. Déjà parmi les remerciements, j’ai foutu en l’air deux amitiés en faisant une connerie que je me reproche encore (mais dont je parlerai pas parce que ça n’a rien à faire sur les internets). Ah oui et l’asso est une raison majeure de pourquoi ça a périclité avec mon ex-copine.

Et surtout que mes liens associatifs se sont étendus bien au dela de l’AML, mais dans tout le réseau des associations de Lyon, grâce à un week-end de formation associatif qui rassemblait environ 300 personnes. Du coup au détour des formations et des soirées (bon ok surtout des soirées, l’alcool aide beaucoup à socialiser), bah on fait des connaissances.

Et encore une fois j’ai fait des connaissances vraiment formidables, et c’est toujours un plaisir d’aller boire un verre avec elleux. Bon la vie étant la vie, des fois ça fait des trucs super compliqués, mais dans l’ensemble, ya eu plus de bien que de mal.

Mais faire tant de connaissances d’un coup ça fait tout bizarre pour un gars normalement pas sociable comme moi : je suis un peu perdu avec ma définition de l’amitié et je me suis un peu dispersé. Et du coup je suis pas spécialement proche des gens (sauf certain·es, quand même), et après ça me vexe quand on m’invite pas aux events ou dans les conversations facebook. Et ouais je suis un petit gosse de 20 ans parfaitement insecure 🤓.

Du coup là l’associatif c’est à la fois ce qui m’a apporté le meilleur dans ma vie mais aussi le pire. Compliqué.

  1. Alors, en fait, je suis en Informatique - Mathématiques et du coup j’étais censé avoir une UE qui s’appelle Systèmes d’Exploitation, sauf que vu qu’on est 3 en Info-maths, ils ont décidé de pas l’ouvrir, et de nous mettre en Programmation Concurrente, qui est la suite de Systèmes d’Exploitation. Sauf que du coup, bah on était pas vraiment inscrits dedans, donc on avait pas de groupe attitré et on l’avait pas dans notre emploi du temps. 

  2. Il a pas été accepté en L3 à la base, il était en L2. Alors qu’il sort de prépa c’est pas normal, donc il a passé 2 semaines à gueuler et il a finalement été placé en L3. 

  3. Le fameux lasergame dont je parlais dans ce billet 

  4. Mais je lui en ai parlé, parce qu’il me piquait la vedette quand je proposais MOI de l’aide, il me passait complètement par dessus et procurais son aide, en m’envoyant dans les choux, et c’était sacrément vexant, donc on en a parlé et c’est cool il a compris, c’est vraiment quelqu’un en or. 

  5. Je suis un informaticien donc je donne des noms aux choses. Le fait de nommer Tavernier et Efforts, c’était pour éviter d’avoir une très longue phrase où on se perd, mais de la casser en petit morceau, comme on donne un nom à des bouts de code pour éviter d’avoir des lignes trop longues et augmenter la lisibilité. J’imagine qu’il y a des gens très fort qui arrivent à faire ce que je fais sans passer par des noms de variables explicites mais moi j’écris du code, pas de la prose :/ 


Si vous voulez commenter, il faut suivre @Doshirae@comments.doshi.re sur le fediverse, et répondre au post correspondant à ce billet. C'est un peu expérimental, mais je paie les pots cassés pour que ça devienne top