Doshi's blog

Thème:

Retour sur "Réparer une émotion - DBY #66"

, — ~6mn de lecture

Je regardais la dernière vidéo de Dirty Biology sur l’empathie et ça m’a fait un peu réfléchir, donc plutôt que faire 3 toots, 7 tweets et 1 message Discord pour raconter ça, je me suis dit que j’allais ptet me laisser la place de développer un peu et en faire un billet, que voici.

Ah et évidemment, je vais parler de ce qu’il se dit dans la vidéo, donc c’est mieux si vous l’avez vue.

Déjà, l’introduction de la vidéo est superbement amenée je trouve, c’est vraiment très malin. Mais par contre, au moment où il annonce sa problématique, ma première réflexion ça a été de me dire qu’elle était pas terrible (“Notre empathie est-elle cassée ?”), parce que si on “empathise” plus pour des trucs dont on connait l’histoire (comme Steve), c’est pour éviter d’avoir une empathie absolue, qui serait complètement invivable.

Bon après, il m’a calmé un peu parce qu’il la rend super intéressante dans le reste de la vidéo, donc passons.

Et ensuite il fait une analyse en expliquant pourquoi l’empathie est là (pour former des petits groupes coopératifs dans l’évolution), avec un petit détour par la biologie avec le rapport des animaux avec l’empathie, mais que dans notre monde actuel, l’empathie fonctionne plus trop, en tout cas comme système moral. Et il fait un lien avec les biais cognitifs.

Mais du coup je me demandais, est-ce que, dans notre monde actuel, c’est mieux de lutter contre nos biais cognitifs ou de les accepter et les écouter ?

Je m’explique.

Une raison qui pousserait à les accepter et les écouter, c’est que “la Nature” l’a mis là dans notre tête, et que si c’est là c’est sûrement pour une raison. Donc faudrait suivre ses biais et comment on pense.

Bon en fait en l’écrivant et en le développant finalement je trouve ça un peu con mais bon. Continuons, tant pis. The Show Must Go On.

L’autre alternative, il y a plusieurs justifications :

  1. On sait pas forcément si tout ce qui est présent en nous dû à l’évolution a une raison d’être là1, mais en vrai personnellement j’y crois donc passons
  2. C’est pas parce que c’est en nous que c’est bien. Si on se suivait tout le temps, le monde il marcherait plus2. Surtout qu’on peut penser à des trucs comme la dépression ou quoi donc pas ouf.
  3. De toute manière, le monde d’aujourd’hui a plus rien à voir avec ce qui aurait pu causer l’apparition de ces biais d’un point de vue survie, donc ça n’aurait aucun sens de les écouter. Ça serait comme écouter un boomer, ça sert pas à grand chose. Et du coup aussi d’un point de vue justice et moral faudrait lutter contre eux, mais j’y viens.

On pourrait donc se poser une question, que finalement j’aime bien : est-ce que l’empathie ne serait pas un biais cognitif comme les autres, contre lequel il faudrait lutter ?

J’aime bien cette question, parce que c’est une question qui ouvre de nouvelles perspectives (je trouve). J’ai été content d’y penser, parce que j’avais jamais vu l’empathie comme telle. Et en vrai, je pense pas qu’il faut lutter contre elle, ni contre les autres biais cognitifs, c’était pour simplifier dans un premier temps, et garder le même champ lexical dans un deuxième temps.

Je pense plutôt qu’il faut savoir la prendre en compte, et être capable de se dire “Tiens là c’est de l’empathie, faut faire gaffe, ça peut tromper mon jugement.”, comme faudrait être capable de se dire “Tiens là je pense ça parce que c’est un biais du survivant, ou un biais de confirmation, ou un biais des coûts irrécupérables” par exemple. Des fois c’est mieux de l’écouter et de la suivre, mais d’autres fois c’est mieux de l’ignorer et de prendre la décision contre intuitive au premier abord.

Et ça recoupe avec un truc dont parlait Lê de la chaine Science4All et Thibaut de la chaine Monsieur Phi dans leur podcast Axiome, que j’écoutais beaucoup à une époque3 : l’utilitarisme et l’altruisme efficace. Ce sont deux courants de pensées assez proches, la première associée à Jeremy Bentham, un philosphe du XVIII-XIXè siècle et la deuxième à Peter Singer, un philosophe encore vivant4, qui visent à maximiser le bonheur global, et dont j’adhère pas mal aux principes. Mais du coup des fois ça mène à des décisions morales assez contre intuitives, comme le [dilemme du tramway]5. Et ça tombe bien parce que Léo en parle dans sa vidéo de l’altruisme efficace, et résume le délire d’une manière que j’aime bien6  : “Il faudrait avoir de l’empathie pour les statistiques plutôt que pour les visages tristes”. Faudrait maximiser le bonheur général, mais du coup des fois au détriment du bonheur d’autres personnes.

Mais bon bref on s’éloigne un peu7, mais j’adore la morale en philo, c’est un de mes sujets de réflexion favoris8. Et du coup pour en revenir à Léo et à sa vidéo, bah il répond à sa problématique un peu comme moi, en expliquant qu’elle est là à la base pour faire des petits groupes coopératifs pour survivre, et que du coup dans notre société mondialisée, elle n’a plus trop sa place sous cette forme là9

Voilà c’était mes petites réflexions à 2 francs sur cette vidéo, qui sont assez mal écrites parce que j’ai écrit ça direct après la vidéo, à chaud et aussi parce que j’ai eu la flemme de remater la vidéo, mais j’espère que ça aura été intéressant quand même, et que j’ai pas juste fait une redite de ce qu’il raconte.

Tchou.

  1. Je dis raison, et pas utilité, attention. Je pense au coccyx, qui n’a aucune utilité mais qui a une raison derrière sa présence, une justification. 

  2. Bon ok, pas qu’il fonctionne bien maintenant, mais voilà. 

  3. Et peut-être qu’ils en parlent encore régulièrement, ça fait longtemps que j’ai pas écouté Axiome. Qui est un excellent podcast d’ailleurs, qui m’a appris plein de trucs super intéressants. 

  4. En vrai c’est pas de lui que c’est parti, mais c’est un fervent partisan qui a écrit plusieurs bouquins dessus, et c’est de lui que parlent beaucoup Thibault et Lê. 

  5. Allez lire la page wikipedia, c’est intéressant, j’ai appris notamment que chez les sujets bilingues, poser le problème dans la langue maternelle ou seconde change significativement les résultats, et je trouve ça vraiment fascinant. 

  6. Et que j’ai moi-même reformulé pour avoir une forme que j’aime encore mieux 

  7. Oui en même temps c’était le but de cet article hein, on va pas se le cacher 

  8. D’ailleurs j’ai vu The Good Place récemment, et déjà c’est une bête de série, je me suis fait accroché dans l’histoire et les personnages très tôt, mais ça parle beaucoup de morale en philo donc j’étais comme un coq en pâte, j’ai kiffé. Un peu déçu de pas avoir assez à dire pour en faire un billet d’ailleurs. 

  9. Mais je dis pas qu’il faut s’en débarrasser hein, c’est cool l’empathie, si on en avait pas le monde serait bien triste. 


Il n'y a pas de commentaire sur ce blog, donc si vous voulez réagir à cet article, n'hésitez pas à venir m'en parler sur Mastodon, ou par mail. Des bisouxes !